lundi 10 octobre 2016

Propagande et démagogie autour de la création d’une commune nouvelle à Bains-les-Bains


Depuis le 1er janvier 2016, 921 communes françaises ont fusionné et des centaines d’autres s’apprêtent à subir le même sort dans les prochains mois. Parmi elles, les municipalités de Hautmougey, Harsault et Bains-les-Bains prévoient de se regrouper au 1er janvier 2017.

Cette fusion a été décidée très discrètement par les seuls maires de Bains-les-Bains, Hautmougey et Harsault en dehors de toute forme de démocratie participative.

Frédéric Drevet, le maire socialiste de Bains-les-Bains à l’origine de ce projet se soumet clairement aux directives de la Commission Européenne, cette dernière préconisant une réduction drastique du nombre de communes en France. Il cède également au chantage financier inculqué par le gouvernement qui prévoit de geler la baisse des dotations d’État pour les communes nouvelles.

Un dépliant envoyé aux habitants des 3 communes concernées fait l’apologie de ces nouvelles formes de collectivités territoriales sans préciser qu’elles conduisent inexorablement à la réduction des services publics. Cela se traduit très souvent par une mutualisation des services municipaux, par le regroupement des écoles, par le regroupement des casernes de pompier et par une concentration des services dans le bourg principal. Cette commune nouvelle perdra sans aucun doute son identité, à l’image de Thaon-les-Vosges, qui suite à sa fusion avec Girmont et Oncourt a été rebaptisée « Capavenir Vosges », un nom administratif qui aurait pu convenir à un centre commercial. Enfin, une fiscalité unique verra le jour en 2018, on peut s’attendre là encore, à une harmonisation par le haut des taux des différentes taxes foncières et d’habitation.

Il est certain que cette fusion va encore accentuer le fossé qui s’est créé au gré des réformes territoriales entre les décideurs et les citoyens. Le Front National défend l’indépendance des communes, échelon de proximité indispensable dans le triptyque Commune/Département/État, à l’opposé de la politique de l’Union Européenne dont la volonté est de couper les territoires de toutes racines locales et régionales. La loi NOTRe a déjà contraint les petites communes à remettre leurs compétences à des intercommunalités de plus en plus importantes réduisant toujours plus leur autonomie, cette situation contribue largement à la désertification de nos campagnes !

Sébastien HUMBERT

Responsable FN du Canton du Val d’Ajol

Secrétaire Départemental du FNJ Vosges

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire