mercredi 10 décembre 2014

Droit de Réponse à une tribune dans l'Echo des Vosges - "Le grand basculement de Marine Le Pen"

Pour le FN Vosges - Jordan Grosse-Cruciani
 
Dans son édition du 4 décembre dernier L’Echo des Vosges publiait les libres propos de C.L D’ESCLES intitulés « Le grand basculement de Marine Le Pen », véritable pamphlet anti-Front dont le style, bien que travaillé, ne saurait occulter la vacuité du propos.
 
Catastrophisme, raccourcis, caricatures voire délire complotiste... décidément toutes les ficelles rhétoriques sont bonnes pour tenter de discréditer Marine le Pen et son mouvement.
 
Dès les premières lignes l’auteur n’hésite pas à ressortir les vieux éléments de langages de l’UMPS, qualifiant de « PME familiale » un parti comptant aujourd’hui plus de 80000 adhérents (vaste famille !) et de « soviétique » le mode d’élection ayant permis à Marine Le Pen de renouveler son mandat. Rappelons à l’auteur que tout adhérent était libre de se présenter aux élections internes du parti. Le fait est que les excellents résultats enregistrés par le Front National (et le Rassemblement Bleu Marine) depuis 2011, sa structuration interne, la professionnalisation de ses cadres et la diversification de ses thématiques ont légitimement conduit les adhérents du mouvement à renouveler leur confiance à la présidente sortante.
 
Dans sa volonté de faire feu de tout bois, l’auteur brocarde ensuite les indemnités perçues par les élus FN au Parlement Européen. Sans doute C.L D’ESCLES devrait-il revoir ses fondamentaux démocratiques, particulièrement en ce qui concerne la nécessité d’une opposition (qui n'attend que de devenir une Majorité). Premier parti de France aux élections européennes, le FN entend jouer pleinement son rôle : défendre les peuples européens dans leurs aspirations à demeurer libres et souverains dans leur propre pays. A cet effet, Marine Le Pen a entrepris de constituer un groupe, celui-ci devrait voir le jour prochainement. Ce que l’auteur qualifie d’ « échec » n’étant tout au plus qu’un contretemps dû précisément au refus de la Présidente de nouer des alliances aux « extrêmes » contrairement à Nigel Farage qui préfère s'associer à un élu du KNP Polonais...
 
Mettant en avant l’emprunt contracté par le Front National auprès d’une banque tchéco-russe, l’auteur n’hésite pas à dépeindre Marine Le Pen comme un agent de Moscou « à la solde d’intérêts étrangers » (rien que cela !). Une sorte de cinquième colonne en somme. Rappelons à l’auteur que le recours du Front National à une banque étrangère découle avant tout du refus des organismes prêteurs français de lui octroyer un prêt (ce qui devrait d’avantage interroger les commentateurs). Nous ne reviendrons pas sur l’argument ridicule qui consiste à y voir là une opération pilotée par le Kremlin ; les obligations résultant de ce prêt se limitant à son remboursement et au remboursement  des intérêts (à taux de 6% quand même!), elles ne sauraient avoir la moindre incidence sur la ligne politique du mouvement.
 
Une ligne politique qu’il n’est d’ailleurs pas nécessaire de caricaturer. Loin de nous l’idée de faire « exploser l’Europe occidentale » (si tant est que cette formule ait le moindre sens) mais de substituer à une Union Européenne technocratique et de plus en plus intrusive, une Europe bâtie sur la coopération des Etats-Nations .
 
Quant au protectionnisme, rappelons que la très grande majorité des Etats dans le monde protège leur économie par toute une série de dispositions législatives (ex. le « Buy american act » pour les marchés publics de construction actuellement en vigueur aux Etats-Unis). Ceux-ci seront ravis d’être qualifiés d’ « ahuris »…
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire