mardi 23 septembre 2014

Droit de Réponse à un article de l'Echo des Vosges sur Marine Le Pen

Droit de Réponse à CL D'Escles dans l'Echo des Vosges sur Marine Le Pen
Article du 10/09/14

Dans l'édition du 10 Septembre dernier, un article signé CL d'Escles réagit à la suite du sondage donnant Marine Le Pen en tête au 1er tour de la présidentielle de 2017 et gagnante au 2nd tour face au Président François Hollande.
 
Les propos de l'auteur visent surtout à démonter le Front National et ses solutions usant des arguments bien connus du « catastrophisme » et de la « peur » sans pour autant nous proposer un autre modèle de société que celui actuel qui n'a toujours pas fait ses preuves.
 
L'auteur commence par accuser Marine Le Pen et le Front National d'avoir fait élire François Hollande en 2012 oubliant au passage le bilan de la Présidence Sarkozy (+600Md€ de dette, +60000 retraités pauvres, -350000 emplois industriels, hausse de l'immigration et d'autres...) qui poussa les Français à réclamer un changement … qui n'est finalement pas venu. François Hollande poursuivant la politique mortifère de Nicolas Sarkozy et obéissant encore et toujours aux diktats Bruxellois.
 
La réalité est que l'élection de François Hollande fut un vote de rejet de la politique de Nicolas Sarkozy et qu'en aucun cas, le FN n'est le responsable de cette situation. Par contre, des élus de droite comme Nathalie Kosciuzko-Morizet (ou plus localement Michel Heinrich) ont appelé en cas de duel FN/PS à faire barrage au Front National. Jugera qui voudra...
 
Ensuite, nous n'avons pas pu éviter l'éternel couplet de la comparaison avec le Front Populaire qui vota en 1940 les pleins pouvoirs à Pétain. Comme lorsqu'au détour d'une conversation, le « point Godwin » fait son apparition ; l'auteur ne peut s'empêcher ainsi de caricaturer grossièrement le FN et d'abaisser le débat politique.
 
Après cela, l'auteur nous dit que le projet de Marine Le Pen serait « tout aussi crépusculaire que celui de François Hollande » sans étayer ses propos avec comme simple raisonnement le « catastrophisme », oubliant au passage que notre pays est gouverné depuis des années alternativement par la Droite et la Gauche et que leurs solutions n'ont toujours rien apporté.
 
Sur la sortie de l'euro et le retour au Franc, le Front National proposera un référendum populaire pour cette monnaie qui est inadaptée à des économies si différentes. Le Prix Nobel américain Milton Friedmann avait prédit l'échec de l'euro et la crise mais aussi démontré les vertus de la liberté monétaire pour une Nation (la quasi-totalité des pays du Monde ayant leur propre monnaie!). La dette n'augmentera pas puisque la quasi-totalité des dettes Françaises (97%) a été émise en contrat de droit français mais en revanche, la fin de l'euro nous évitera de payer encore le renflouement des pays victimes de celui-ci (Grèce, Irlande, ….).
 
De plus, l'auteur ne veut pas entendre parler non plus de la relance de services publics qu'il qualifie « d'obsolètes » oubliant au passage la nécessité de services publics de qualité et d'un maillage sur tous le territoire notamment en milieu rural par des hôpitaux, des Postes, des gares, des services de police ou encore des écoles. Le FN s'attaquera plutôt aux dépenses somptuaires, aux doublons inutiles au niveau de l'Etat ou des collectivités ou encore aux subventions distribuées sans contrôle.
 
Il refuse aussi la revalorisation des salaires, pensions et aides sociales quand le Front National, lui, entend défendre les oubliés des politiques depuis des années en soutenant les travailleurs et en refusant l'assistanat ou en supprimant les pompes aspirantes à l'immigration qui nous coûtent en dépenses sociales. La revalorisation des petites retraites, la diminution des charges qui pèsent sur les PME-PMI et les commerçants ou l'augmentation des bas salaires permettront la relance de notre économie. Toutes ses mesures seront évidemment financées que cela soit par la lutte contre la fraude fiscale ou sociale, la rationalisation des subventions, l'arrêt de la politique de l'euro ou la mise en place d'une politique d'immigration stricte.
 
Enfin, sur le rétablissement des frontières, cela n'a rien « d' illusoire » comme le prétend l'auteur puisqu'il s'agit de faire des protections intelligentes aux frontières face à la concurrence internationale déloyale (droits de douane ciblés et quotas d’importation), c’est-à-dire vis-à-vis des pays qui nous concurrencent de façon déloyale (par exemple la Chine ou certains pays d’Europe de l’Est, mais non les pays de niveau économique, social et environnemental comparable comme l’Allemagne ou les Etats-Unis). Quant à l'arrêt de l'immigration, elle est naturellement nécessaire puisque nous n'avons plus les moyens au vu de la crise économique et sociale qui nous traverse d'accueillir des populations étrangères. L'immigration nous coûtant que cela soit financièrement (estimation de 70 Milliards €/an), socialement (elle pèse à la baisse sur les salaires) ou humainement (La République n'arrivant plus à assimiler les nouveaux Français, l'immigration est source de tensions).
 
Jordan Grosse-Cruciani
Secrétaire Départemental du FN Vosges
Conseiller Municipal de Thaon-les-Vosges
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire