jeudi 10 juillet 2014

Communiqué : Réforme ferroviaire et Transports régionaux (TER)

Le 7 Juillet dernier, l'expérimentation « Bus du Conseil Régional de Lorraine » menée entre Bruyères et Gérardmer depuis octobre 2013 a pris fin. La raison invoquée par les élus régionaux en charge du dossier est la trop faible fréquentation de cette liaison routière.
 
Depuis la proposition d'expérimentation de cette ligne de bus, le FN avait dénoncé ce non-sens consistant à vouloir évaluer le potentiel d'une ligne ferroviaire par une ligne routière sachant bien évidemment qu'une ligne routière est beaucoup moins fréquentée qu'une ligne ferroviaire, plus rapide et confortable.
 
Les élus régionaux du Front National défendent un service public ferroviaire de qualité avec des moyens car il s'agit là d'une des principales compétences des Conseils Régionaux. Nous nous battons régulièrement pour la création et le maintien des lignes existantes dans l'hémicycle régional en témoigne la motion déposée pour la réactivation de la ligne TER St Dié-Gérardmer ou Epinal-Gérardmer refusée unanimement par les élus PS-EELV-PCF-UMP-UDI à l'époque ou bien encore notre soutien aux Lignes Epinal-St Dié ou Nancy-Contrexéville-Merrey.
 
Nos gouvernants doivent garder à l'esprit que des Millions de Français vivent encore en zone rurale et qu'en aucun cas, la suppression de services publics dans nos campagnes comme les TER, doivent les reléguer au rang d'oubliés de la République.
 
La future réforme ferroviaire voulue par l'Union Européenne et qui prévoit notamment l'ouverture à la concurrence du service ferroviaire dès 2019 pour les TER et 2022 pour les TGV ne ferra qu'aggraver la situation de la SNCF, déjà mise à mal depuis l'ouverture du fret.
Les conséquences de cette ouverture seront désastreuses au vu des précédents comme en Grande-Bretagne : baisse de la sécurité, aggravation des retards, hausse des tarifs (comme c'est le cas pour le l'électricité ou le gaz) et enfin, la suppression des lignes les moins rentables notamment celles rurales comme dans les Vosges.
 
Nous partageons aussi l'exaspération des usagers-clients bien souvent pris en otage dans les conflits sociaux liés à la SNCF et autant nous comprenons les ouvriers et cheminots qui se sentent trahis face à la destruction déjà entamée ; autant nous dénonçons les syndicats car ils sont directement complices avec nos gouvernements UMPS de ce saccage annoncé. C'est pourquoi, nous appelons de nos vœux un syndicalisme de branche non politisé et réellement attaché au dialogue social.
 
Le Front National propose de sortir de ce carcan ultralibéral Européen. L'Etat doit être le garant de son service ferroviaire et imposer le monopole de la SNCF afin de préserver la sécurité, les tarifs et les dessertes sur l'ensemble du territoire national. La compétence ferroviaire devrait de ce fait être retransférée au niveau national.
 
Jordan Grosse-Cruciani
Secrétaire Départemental du FN Vosges
Conseiller Municipal de Thaon les Vosges
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire