samedi 1 février 2014

Intervention de Jean-François Jalkh (FN) au Conseil Régional - Développement durable

Intervention de Jean-François Jalkh
Rapport sur la situation en matière de développement durable (3min)
Séance Plénière du 31.01.14


Monsieur le Président,
Chers collègues,


                       A travers ce rapport sur le développement durable pour lequel vous nous présentez vos actions sur l'année 2013, nous avons l'impression que vous réalisez un inventaire à la prevert, une sorte de catalogue de bonnes intentions en allant piocher dans tous les domaines de compétence régionale voir plus un peu de « développement durable » là  où vous pouvez en trouvez. Il est vrai que sa définition est large puisque c'est « un développement qui répond aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins ».

C'est ainsi que nous nous retrouvons avec des axes allant des Transports au bois, que l'on peut naturellement classer dedans mais aussi la consolidation d'emplois dans la culture ou la politique jeunesse dont on ne saisit pas toujours l'intérêt en terme de développement durable.

Il faudrait peut-être en ce sens reprendre quelques constats du CESEL qui fait remarquer à juste titre d'ailleurs que ce « rapport apparaît davantage comme une contrainte réglementaire supplémentaire que comme une occasion de conduire une évaluation qualitative et quantitative  des actions ». En effet, il faudrait peut être en plus de faire le point sur les politiques menées, envisager un suivi des indicateurs dans le temps et une évaluation des actions engagées.
Une communication peut être plus ciblée et différente pourrait aussi améliorer quelques unes de vos actions et cela à moindre frais pour la collectivité.

Ainsi, j'espère que vos engagements page 7 en matière de friches industrielles seront tenus. Notre Région fortement touchée par la désindustrialisation regorge de ces friches qu'il conviendrait de dépolluer et reconvertir avant d'envisager la construction de nouvelles zones commerciales ou industrielles qui restent encore bien trop souvent vides. C'est peut être le cas de la future ZAC de Bouxières-Lesménils, projet louable en soi (sera-t-elle utilisé? nous verrons...) qui, faut de moyens de transports en communs adaptés, risque d'obliger ses actifs à devoir emprunter la voiture et ainsi aller contre vos voeux de réductions de la pollution.

Encore un point sur les TER puisque vous citez cela en exemple dans votre introduction pour faire remarquer que, même si nous sommes conscients que des efforts ont été réalisés depuis 2004, la récente hausse des tarifs couplé à la suppression de lignes réalisée ou envisagée risque, à terme, de faire chuter la fréquentation handicapant ainsi de milliers de travailleurs, d'étudiants et de Lorrains utilisant ce mode de transport.

Je vous remercie,


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire