jeudi 15 août 2013

Le « Franchouillard bashing », le dénigrement anti-gaulois : une spécialité de certains nos médias

Ceci est particulièrement net dans les médias sportifs, qui, manifestement,
se régalent dès qu’un gaulois, pourtant reconnu pour ses qualités de
champion, perd un match ou ne se qualifie pas.

A l’inverse, quand un gaulois gagne, on trouve tout pour minorer sa
performance.
On a même l’impression que ce dénigrement est un des fondamentaux de la
presse française, qui, dès que l’occasion se présente, n’hésite pas à en
rajouter et à forcer la critique jusqu’au cynisme, voire le mépris. Mais qui
donc fournit ce clavier venimeux, toujours prêt à bondir pour casser du
franchouillard ?

4 exemples récents :

Le cas de Marion Bartoli est flagrant. Elle a remporté le prestigieux
tournoi de tennis de Wimbledon. Damned ! Nos médias sont piégés : que
trouver pour dézinguer Marion ? On lui met une photo dévalorisante, bien
entendu, mais il faut faire plus. La formule a été trouvée : la chance, of
course ! Lisez  cet article, où, pour mieux enrober l’attaque, on parle de
la « détermination » de Marion. Un mot qui ne veut rien dire, qui est neutre
et surtout non gratifiant. L’essentiel est de dire, et avec insistance, qu’elle
a eu du bol, la franchouillarde, et « personne n’aurait misé un penny sur
elle », est-il élégamment écrit :
 


Après son match, Marion a fait un discours dans un anglais parfait, a ému et
fait rire le public londonien, qui, connaisseur, lui a fait une ovation : de
cela, bien entendu, pas un mot.

Laurent Blanc : talentueux joueur de l’équipe de France de football, devenu
son sélectionneur il y a quelques années, il a été nommé entraîneur du PSG
au début de cet été. Le PSG se caractérisé par son cosmopolitisme, avec très
peu de joueurs français, ce qui ravit nos médias. Mais il faut trouver un
entraîneur, étranger bien entendu. Et patatras, les entraîneurs étrangers se
désistent et l’on se tourne vers le franchouillard Laurent Blanc. Il a été
nommé et voici les commentaires :
 


Laurent Blanc n’est donc pas un entraîneur « de luxe », il n’est pas une «
star » ;  c’est un entraîneur au rabais, car c’est un franchouillard, qui
sans doute commet, de surcroît, le péché de s’appeler « Blanc ».

Athlétisme / vitesse : Christophe Lemaître. Meilleur européen, le seul à
pouvoir rivaliser avec les meilleurs athlètes mondiaux, qui sont tous des
athlètes de couleur, dont chacun sait la prévalence naturelle dans ce
domaine. En soi, c’est une performance de haut niveau et qu’il accomplit
avec constance. Un peu avant les Championnats de Moscou, où il vient de
confirmer son talent (7è en finale du 100 m), il y a eu, à Londres, une
course préparatoire, où il finit 5è.

Voici ce qu’un journaliste « sportif » écrit sur lui :
 


Sans commentaires.

Athlétisme / perche : Renaud Lavillenie obtient la médaille d’argent. Quel
est le sportif, quelle est la nation qui n’aimerait pas avoir ce titre ?..
Mais non, on écrit qu’il « doit s’en contenter », qu’il « échoue », car il
était le « grandissime favori » de l’épreuve, qu’il aurait dû normalement
gagner. Bref, Lavillenie déçoit : médaille d’argent, beurk !…  Donc, si l’on
comprend bien nos médias, ce n’était pas la peine que le concours se déroule
... Doit-on rappeler aux journalistes qu’une épreuve sportive n’est pas de
la simple arithmétique ? Qu’il y a d’innombrables facteurs aléatoires ? Que
l’Allemand qui a gagné n’est pas n’importe qui et qu’il a du talent lui
aussi ? Que, surtout, le classement s’est fait au nombre d’essais ?... Non,
la mission, c’est de cogner.
 




Faites le test : allez sur ces sites dits « sportifs » et vous constaterez
ce systématique « franchouillard bashing » et son cortège de commentaires
négatifs et réducteurs vis à vis de nos champions même quand ils sont
victorieux.

Questions : pourquoi tant de haine envers nos sportifs, qui portent haut les
couleurs de la nation France ?... Quel est le problème ?

Pat Riotte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire