mardi 29 janvier 2013

L'amour de Jean Luc Mélenchon pour les ouvriers et les syndicats

Lors de sa récente venue à Metz pour y tenir meeting, Jean Luc Mélenchon, leader du Front de Gauche à de nouveau déclaré sa flamme aux ouvriers et aux organisations syndicales qui les représentent.
Paradoxe, pour celui qui admire les régimes chinois, cubains ou encore nord coréens.
Pour expliquer les données de ce paradoxe examinons sommairement la conception du dialogue social dans ces contrées.
La Chine tout d'abord :
·         Le mot grève y est interdit car il est le symbole du capitalisme.
·         Il existe un syndicat unique courroie de transmission avec le pouvoir chinois.
·         Le rôle de ce syndicat est de garantir l'ordre public.
·         Si des ouvriers agissent hors du syndicat unique, ils sont emprisonnés et leur famille sévèrement réprimée.
Cuba ensuite :
·         Seul le syndicat unique, la Centrale des Travailleurs Cubains est reconnue.
·         Il n'existe pas de négociation collective.
·         Le droit de grève est absent de la constitution.
·         Les manifestations pour faire valoir des revendications sont interdites.
·         Les travailleurs ont obligation de surveiller toute attitude subversive, et de les dénoncer en cas de dissidence.
·         Toute tentative d'organisation syndicale indépendante se voit punir d'une peine de prison allant de 15 à 30 ans.
La Corée du Nord enfin :
·         Les syndicats indépendants sont interdits.
·         Le syndicat officiel : le Parti des Travailleurs de Corée, à pour but de mobiliser les travailleurs afin qu'ils remplissent les quotas de production établis.
·         L'article 30 de la constitution prévoit que l'état assure la main d'œuvre de manière efficace, renforce les règlements du travail et utilise pleinement les heures de travail.
·         L'article 83 de la constitution établi que tous les citoyens en âge de travailler doivent le faire en respectant strictement la discipline et les horaires de travail.
·         Le code pénal prévoit la peine de mort pour toute personne qui entrave intentionnellement la bonne marche de l'industrie, du commerce ou du système de transport, en n'effectuant pas une tâche spécifique.
·         Le code pénal spécifie également que quiconque s'acquitte mal d'un devoir assigné, encours un minimum de 5 années de prison.
Ainsi donc voici résumé en quelques lignes les modèles socio-économiques de Jean Luc Mélanchon, soit disant défenseur des ouvriers et chantre du syndicalisme.
Cela se passe de commentaires !!!
Il est bon que cela se sache, et que derrière un discours clientéliste se cache un stalinien pur jus dont on espère que les modèles n'auront jamais place dans une nation d'un peuple épris de liberté.

 Dominique Thomas
Responsable adjoint pour la Communication et les Communiqués

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire